QUI SOMMES-NOUS ?

Le « Cercle Royal philanthropique des sans Nom non sans Cœur » est une association sans but lucratif (asbl) qui a pour objet le lutte contre la pauvreté et le risque de pauvreté.

 

Influencés par les idées des Lumières et de la révolution Française, l’association est issue des milieux sociaux-libéraux Gantois du 19ème siècle.

Elle fut officiellement enregistrée dans le registre de la ville de Gand le 24 décembre 1855.

 

Les premiers statuts du « Cercle Royal philanthropique des sans Nom non sans Cœur », datent d’août 1856. Ils proclament les buts suivants :

« Venir en aide aux ouvriers malheureux et nécessiteux et favoriser la création et le développement de toute institution tendant au bien-être moral et matériel de l’ouvrier. Soutenir efficacement, par des secours temporaires, tout ouvrier qui, par suite de maladie ou d’accident, se trouve dans l’impossibilité de travailler, afin de l’empêcher de donner à charge de la bienfaisance public ou pire encore d’avoir recours à la mendicité ».

 

Ces buts doivent être interprétés dans le cadre de la situation sociale du 19ème siècle. L’association sut néanmoins s’adapter aux besoins et usages sociétaux changeant des époques qu’elle traversa. Elle est à ce jour la plus ancienne association philanthropique libérale Gantoise qui opéra sans interruption de sa création en 1855 jusqu’à nos jours.

HISTORIQUE

Le « Cercle Royal Philanthropique les sans Nom non sans Cœur » fêtera cette année son 164ème anniversaire.

De 1855 jusqu’ à la première guerre mondiale, il fut incontestablement un acteur majeur dans la lutte contre la pauvreté en région gantoise.

 

Tout commença au milieu du 19ème siècle. Gand était, à cette époque, une métropole industrielle importante.

 

L’aristocratie et la bourgeoisie profitaient pleinement de l’expansion industrielle. La masse ouvrière, quant à elle, n’avait pas cette chance et vivait dans le plus grand dénuement.

Le 23 octobre 1855, au cours d’un dîner entre amis, quatre membres de la petite bourgeoisie libérale gantoise, discutaient de la situation désastreuse de la population ouvrière à la veille d’un hiver qui s’annonçait rigoureux. Ils décidèrent d’organiser une brocante dont les objets, vendus aux enchères, iraient aux familles d’ouvriers les plus démunis.

 

Ils exposèrent leur idée au responsable d’une association de bienfaisance existante mais essuyèrent un refus. Ce dernier refusa cette action d’un petit groupe de libéraux « sans nom » comme il les nommait de façon méprisante. Nos ami philanthropes, offusqués, répondirent « sans nom peut-être mais non sans cœur ».

 

C’est ainsi que le 24 décembre 1855, l’association fut officiellement inscrite au registre de la ville sous le nom de : « Cercle Philanthropique les sans Nom non sans Cœur ».

 

Ils se fixèrent comme buts de combattre la pauvreté parmi les ouvriers et de promouvoir l’émancipation de ceux-ci par l’éducation, la connaissance et l’enseignement.

 

Rapidement ils purent compter sue le soutien des politiciens libéraux et des industriels les plus progressistes dont plusieurs les rejoignirent, comme membres du comité, comme membres effectifs ou comme membres protecteurs.

 

La brocante remporta un franc succès et permis d’acheter des habits d’hiver pour un millier d’enfants des écoles gardiennes de la ville.

 

Quelques semaines plus tard c’est  l’explosion d’une chaudière, dans une usine textile, qui fut leur premier grand défi. Ils parvinrent à mobiliser une part importante de la bourgeoisie libérale gantoise et grâce aux revenus de leurs actions parvinrent à aider financièrement les familles touchées par la catastrophe.

 

Dans les mois et années qui suivirent, les actions se succédèrent à un rythme effréné, tant au niveau de la récolte de fonds qu’au niveau  de l’aide aux familles ouvrières.

 

Ainsi, en peu de temps, le Cercle philanthropique les sans Nom non sans Cœur devint, grâce au dynamisme de ses membres, la figure de proue de la philanthropie libérale Gantoise et, par ailleurs, très populaire et aimé parmi les ouvriers.

 

Dans l’entre-deux guerres, les autorités, ayant saisi l’importance de l’assistance aux plus démunis, prendront celle-ci en main et bâtiront progressivement la sécurité sociale telle que nous la connaissons aujourd’hui.

 

Au fur et à mesure que cette assistance s’institutionnalisera, l’importance des associations de bienfaisance privées diminuera. Elles resteront néanmoins, et sont encore aujourd’hui, dans de nombreux cas, la seule solution qui s’offre aux plus démunis lorsque, pour l’une ou l’autre raison, ils ne trouvent pas de solution dans notre système de sécurité sociale.

 

C’est pourquoi notre Cercle philanthropique SNNSC a survécu et gardera encore longtemps toute son utilité.

 

De nos jours nos actions se font certes plus discrètement, elles ont perdu le caractère public, voire politique, qu’elles avaient incontestablement au 19ème et au début du 20èmesiècle.

 

En 1930 le Roi nous octroya le qualificatif «  Royal » et le nom complet de notre cercle est depuis lors « Cercle Royal philanthropique les sans Nom non sans Cœur » mais en abrégé nous continuons à nous appeler les « sans Nom non sans Cœur ». Un nom que nous portons avec fierté.

 

Une collaboration étroite avec la ville de Gand et en particulier avec son bourgmestre Charles de Kerckhove, conduira les sans Nom non sans Cœur, à cofinancer une école gratuite pour garçons dans le cartier de la porte d’Anvers.  Cette école n’existe plus de nos jour mais la pierre commémorant l’événement orne encore la façade du bâtiment qui la remplace.

Au début du 20ième siècle les sans Nom non sans Cœur financent en étroite collaboration avec le libéral Prosper Claeys, président du “Bureau de la bienfaisance” le précurseur de l’actuel OCMW, 3 maisons sociales pour personnes âgées.

Celles-ci sont encore toujours visibles dans l’actuel « rue Prosper Claeys » près de la gare St Pierre.

A l’occasion du 75ème anniversaire de l’association la maison royal octroya le titre de “Royal” aux sans Nom non sans Cœur.

 

La ville de Gand décida en remerciement pour les services rendus de nommer une rue au nom de l’association. Actuellement la rue « Zonder-Naam », étendue  à l’a plaine « Zonder-Naam» et le parking « Zonder-Naam » existe toujours et se situe près de la Porte d’Anvers.

FONCTIONNEMENT ACTUEL

Les buts de l’asbl n’ont pas fondamentalement changés depuis sa création. Ils ont néanmoins été adaptés aux besoins de l’époque actuelle. Je les exprimerais ainsi :

« venir en aide, de façon discrète, aux plus démunis de notre société qui, après avoir sollicité toutes les instances officielles, n’ont pas pu y trouver de solution pour sortir d’une situation de crise.

De nos jours, les lois sur le respect de la vie privée ne nous autorisent plus à contacter les personnes dont nous soupçonnons l’état de pauvreté. Le paternalisme du 19ème et 20ème siècle n’est plus permis.

Nous travaillons donc essentiellement par le canal d’organisations amies, disposant de centre d’accueil, équipé d’un personnel qualifié pour écouter et guider, à travers les méandres des organes officiels d’aide et d’assistance, les démunis qui ont fait la démarche volontaire de les contacter.

Cette méthode de travail nous permet d’acquérir la quasi-certitude que les cas qui nous sont soumis sont justifiés. Elle nous permet aussi d’éliminer ceux qui chercheraient à profiter de notre bonté et à abuser de notre système social.

Nos partenaires principaux sont, mis à part le CPAS, des centres d’accueil pour  ménages, femmes, hommes, jeunes et sans abris, ainsi que les services sociaux d’hôpitaux, des centres de médecine de quartiers, des directions d’écoles, etc.

Chaque demande d’assistance fait l’objet d’une étude approfondie sur base de critères définis en conformité avec nos statuts. Ils sont pour l’essentiel :

– Notre aide s’adresse en premier lieu à des individus et non à des associations.
– Elle s’adresse à des individus, dans une situation de crise aiguë, qui, après avoir consulté toutes les instances d’assistance publics, n’y ont pas trouvé de solution.
– Notre aide est unique ou tout au moins limitée dans le temps. Elle doit avoir pour objectif de permettre à la personne concernée de se sortir de sa situation de crise et de prendre ainsi un nouveau départ dans la vie.
– Les personnes concernées doivent manifester une ferme volonté de s’en sortir.
– La priorité est donnée aux jeunes, à de jeunes ménages ou personnes seules avec enfants et aux personnes âgées.
– Notre action se limite à la région Gantoise.
– Nous ne faisons aucune distinction sur base de nationalité, de race ou de couleur de peau, ni d’ailleurs d’appartenance religieuse, philosophique ou politique.

En plus de cette aide individuelle continue, nous avons aussi quelques projets spécifiques.

– Nous organisons chaque année une grande fête, la fête « sans Nom non sans Coeur », à laquelle sont conviés 250 hommes, femmes et enfants démunis et/ou sans abris.
– Enfin nous avons démarré récemment un projet de logement pour migrants.

Nous avons fait l’acquisition d’une maison de ville dans laquelle nous abritons pour des périodes limités, des ménages de migrants en situation précaire sans abris et qui témoignent d’un potentiel et d’une volonté forte d’intégration. Ils doivent se soumettre à un plan d’accompagnement, comportant des cours de langues, l’obligation de scolarité pour les enfants, des formations professionnelles, l’apprentissage de gestion de budget, etc.

Nous espérons ainsi parvenir à les intégrer rapidement et harmonieusement dans notre société et à être capables d’y vivre de façon autonome.

Ce projet se fait en étroite collaboration avec le CPAS Gantois, l’asbl De Sloep et CAW Oost Vlaanderen.

Nos fonds de fonctionnements proviennent pour l’essentiel des cotisations et de dons de nos membres effectifs et protecteurs, de legs, de dons de service- et autres clubs, d’entreprises, d’actions menées vers nos membres et sympathisants, actions vin, action œufs de Pâques, concerts, représentation théâtrales, etc. et de quelques maigres intérêts de nos avoirs.

À ce jour notre asbl compte 15 membres effectifs, 210 membres protecteurs et 12 administrateurs. Tous sont bénévoles, ce qui nous permet de réduire nos frais de fonctionnement au strict minimum.

Le conseil se réunit mensuellement pour établir et suivre plans et budgets et organiser les actions.

Les cas d’aide individuelle sont, quant à eux traités par email afin d’être le plus réactif possible.

COMMENT POUVEZ-VOUS NOUS AIDER ?

POUR ATTEINDRE NOS OBJECTIFS, VOTRE SOUTIEN NOUS EST INDISPENSABLE.

Cela peut se faire physiquement et matériellement lors de nos fêtes pour les démunis et autres actions mais l’argent reste le nerf de la guerre. C’est donc financièrement que votre soutien nous est le plus indispensable.

BENEVOLES

En offrant de l’aide lors de notre fête annuelle pour les moins fortunés

PARTICIPATION

En participant à nos actions caritatives, ventes d’œufs de Pâques et concerts.

PARRAINAGE

En contribuant ou en parrainant notre fête ou nos concerts de bienfaisance.

DONS

En devenant membre bienfaiteur par le biais d’une cotisation annuelle, qui est actuellement fixée à 30€.

A ce jour, nos partenaires les plus importants sont:

OCMW, CAW Oost Vlaanderen, de KRAS centra, De Sloep, Jeugdzorg via leur centre De Liaan, Steevliet en Stappen, wijkgezondheidscentra, les services sociaux des cliniques de Gand et enfin des directions scolaires

NOUS CONTACTER

Mocht u meer informatie nodig hebben, neemt u dan gerust contact met ons op