fr11

[vc_row][vc_column][vc_custom_heading text="Le « Cercle philanthropique les sans Nom non sans Cœur » eurent 10 présidents." font_container="tag:h3|text_align:center" use_theme_fonts="yes"][/vc_column][/vc_row]

fr10

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Pour récolter les fonds nécessaires à son fonctionnement, les Sans nom non sans cœur  peuvent compter sur les dons individuels de libéraux Gantois , sur les actions organisées par elle ou, à son profit, par des associations amis mais aussi  sur les dons des cercles libéraux Gantois.   Ainsi retrouve-t-on parmi les

fr9

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Une autre action qui laisse une trace tangible dans notre ville, est le financement de 3 maisons pour personnes âgés en collaboration avec Prosper Claeys, Président de l’époque du « Bureau de la bienfaisance ».[/vc_column_text][vc_single_image image="2674" img_size="medium" alignment="center"][vc_column_text]Au début du 20ième siècle les sans Nom non sans Cœur financent, en étroite collaboration avec le

fr8

[vc_row][vc_column][vc_column_text]L’enseignement est une priorité pour les Sans Noms et leur aide va tout naturellement vers l'enseignement public. Cette préoccupation est concrétisée, - par l’octroi de bourse d’étude à des élèves méritants. - par une collaboration systématique avec les directions d’écoles dans lesquels ils interviennent au profit des enfants. - par la mise

fr7

[vc_row][vc_column][vc_column_text]À peine quelques mois plus tard, en mai 1856, c’est l’explosion d’une chaudière dans une usine textile qui est leur premier grand défi. Il y a une dizaine de morts, de nombreux blessés et un grand nombre d’ouvriers sans travail. Les « Sans Noms non sans Cœur » parviennent à mobiliser une part importante

fr6

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Et c'est ainsi que le 24 décembre 1855 nos amis créent leur propre association et faisant référence à la critique catholique, la nommèrent : « Cercle Philanthropique les sans Nom non sans Cœur ».   La première action, leur fameuse vente aux enchères, remporte un franc succès. Ils récoltent la somme rondelette de 5.000

fr5

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Voici donc la petite histoire de la création de l’association telle que rapportée par Gustave Coryn, un des membres fondateurs, dans un livret édité par Isodore Van Doosselaere, une autre membre fondateur, en 1860, à l’occasion du 5ème anniversaire de l’association.   C’est au cours d’un dîner entre amis, membres de la

fr4

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Ces deux philosophies sociales s’affrontent donc.   À Gand, l’affrontement est d’autant plus violent que le conseil communal sera de 1830 à 1958 alternativement dominé par les libéraux et les catholiques.   La bienfaisance catholique d’un côté et la libérale de l’autre fut incontestablement utilisée dans cette lutte.   C’est dans ce

fr3

[vc_row][vc_column][vc_column_text]En dehors de cela il n’y a que des initiatives privées et celle-ci sont à cette époque presque exclusivement sous contrôle du clergé, assisté en cela par la haute aristocratie, propriétaires terriens encore fortement sous influence féodale.   Au milieu du 19ème siècle, une partie de la bourgeoisie, qui au départ ne

fr2

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Pour les industriels cette situation est très favorable. Ainsi disposent-ils d’une importante réserve de main-œuvre et ils n’hésitent pas à profiter de cette offre abondante pour faire travailler leurs ouvriers longtemps et à des salaires de misère. Hommes, femmes et enfants sont mis au travail. L’exploitation est extrême !   Les salaires sont